Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Beaumont Triathlon

Beaumont Triathlon

Menu
IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM

IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM

"Allez Issam.., Tu n'imagines pas tout ce que le corps humain est capable de faire" . Criait Samira, une collègue de travail qui a fait avec nous  la grande course de Paris le 12 Mai 2018. 10 km de pure souffrance pour un sédentaire de 90 kg. J'ai terminé mon périple  , en …..1h24min.  La honte. Le déclic aussi, je veux me débarrasser de mon sac de gras et libérer la carcasse.

Une semaine plus tard, je m'inscris au marathon de Paris 2019, je me rapproche du club d'athlétisme de Chambly, je file mes baskets 3 fois par semaines,  j'enchaîne les peu de km que je suis capable de courir. Je m'inscris à des courses régionales de 5km, 10km puis des semi.  Au mois de septembre, je me blesse à la hanche gauche, incapable de re courir pendant 3 mois,  Je dois varier les plaisirs. il y a la natation et le vélo me dit-on, c'est bénéfique pour la course à pied. Et je découvre le triathlon sur YouTube: IRON MAN: Everything Is Possible.  Émerveillé par cette discipline,  je me rapproche du club de Beaumont Triathlon et je décide de m'inscrire. Je ne sais pas nager, je n'ai jamais roulé. Mais je m'accroche . Je décide même de m'inscrire au Half de Marrakech, à un an de l'épreuve . Je me réjouis de la ville ocre, soleil garanti, de la chaleur, mes origines maghrébines sont à l'épreuve, de l'ambiance exotique digne des milles et une nuit. Ça va me motiver. Au mois de février, je reprends la course à pied et je prépare le marathon avec le peu de temps qui reste. Finisher en 4h07. Pas si catastrophique que ça. J'ai pris ma revanche sur la grande course de paris. Mais l'appétit "sportif" vient en mangeant. J'ai enchainé par la suite des épreuves de Tri aux formats  duathlon ,  S et  M pour me familiariser à ce sport magique. Toujours la même difficulté : je n'arrive pas à enchaîner une bonne course à pied après le vélo. Les 8 dernières semaines, je décide de doubler d'effort, je m'entraîne  quotidiennement avec des volumes allant de 8 à 15 h par semaine, axé particulièrement sur le vélo.

 

La veille de mon vol, mon mentor Flavien qui m'a coaché et suivi ma préparation sur le net, et qui commence à me connaître,  me délivre son dernier conseil: "ne te mets pas la pression ! Vaut mieux sortir un vélo moyen et une bonne cap, qu'un bon vélo et que la Cap soit un chemin de croix, donc toujours, comme si t'avais une dent de moins de ce que tu te sens capable". Mais ce genre de gestion ne correspond pas à mon tempérament, j'aurais préféré qu'il me dise: "donne tout sur chaque sport, ne sois pas en gestion". Enfin bref, je vais gérer au feeling…

 

Je débarque à Marrakech, avec mon vélo et mes potes, nous étions 6 . Nadia ma collègue de travail, Marouene, un coach sportif, aguerri , Jaber un petit jeune costaud, qui a appris le tri récemment au states, Salim, 54 ans, mais affûté comme un couteau et Taieb qui vit son 4ème half. Nous avons en commun la nationalité tunisienne. J'étais le novice du groupe  et donc j'étais sûr de la place qui m'attend, et ça me réconforte, Pas de pression sur les épaules. A J-5, nous étions curieux d'aller découvrir le plan d'eau au lac Lalla Takarkoust, à 40 min en voiture de Marrakech. La baignade était douce.  Le lac est orné de montagnes russes. Et le soleil était au rendez-vous. Le paysage est juste magnifique, mais les sensations n'étaient pas au top. Il faut dire que je me suis  très peu entraîné les dernières semaines en natation et encore moins en eau libre, Je suis venu essentiellement pour tester ma progression en vélo: le socle du tri, comme on dit. Le lendemain nous avons fait la reconnaissance d'un petit tronçon  du circuit vélo. Le bitume n'était pas parfait. Une dernière petite course à pied à J-2, et la boucle est bouclée. Les organisateurs annoncent un changement du parcours vélo et un passage de 840 à 1140 D+. Il ne manquait plus que ça.

 

Le jour J arrive , le réveil sonne tôt à 4h. Petit déjeuner rapide et sans gavage à  l'hôtel,  le taxi se pointe à 5h pour nous transporter vers le lac, à 25 km de Marrakech.

 

 Une foule d'athlètes de tous bords  nous attendent. Des belges, des suisses, des français, des américains, des norvégiens, des asiatiques, des marocains. Il fait encore nuit et il y a peu de lumière. Je file rejoindre pour la dernière fois mon vélo, les pneus, le sac de transition. Je scotche des barres de céréales sur le cadre. Je réalise que je vais vivre une aventure hors du commun. Je rejoins le sas 40 min natation. J'ai estimé mon temps entre 40 et 45 min. Je décide de gazer tranquillement à mon rythme, sans user de mes jambes. Il fait beau . Le lac est orné de montagnes ocres et l'eau brillait au lever du soleil qui me réchauffe. Nadia me rejoint sur le sas, la natation n'est pas sa tasse de thé.

 

NATATION :.

 

Top départ. Le cardio monte rapidement. La bagarre commence. Je lutte pour trouver mon chemin. Un premier concurrent me donne des coups de pieds sur la figure, mais je le dépasse, la détermination est inébranlable. Le second me tape la main, ça m'énerve, je le double et je lui barre la route pour me venger... sans déconner.. j'arrive à la 2eme bouée de 700 m avec virage, et  j'installe ma nage, je décide de faire le malin.  Je colle les  athlètes à mon niveau, et je profite du drafting. "Pour faire la paix avec ton ennemi, faut travailler avec lui", n'est-ce-pas?. Non essoufflé,  je m'en sors après 43 min. C'est mon niveau, rien à dire.

 

Transition 1:

 

La sortie d'eau est compliquée et abrupte, il faut remonter une énorme colline pour rejoindre la transition, la fermeture éclair de la combinaison ne s'ouvre pas, malgré de nombreuses tentatives, c'est la seconde fois que ça me fait!! Un concurrent qui court à mon côté m'aide, fort  heureusement, à l'abri des arbitres. Je prends mon sac de transition, je me prépare calmement, mais  je repars comme un furieux sur le vélo.

 

VÉLO:

 

La première côte est raide. Ça pique. 30 min pour 10km. Et puis j'assiste à un véritable carnage. Des crevaisons toute les 200m sur un parcours  de 2 km. C'est comique et triste à la fois. Je n'ai jamais changé de chambre à air, ça promet ! J'avance doucement en évitant les nids de poules et le gravier sur une route complètement cassée. Au 20ème kilomètre,  j'entends un éclat de pneu. Tous mes espoirs s'écroulent en quelques secondes…Je réalise par la suite que c'était le concurrent derrière moi que je perds de vue rapidement.  Le parcours devient vallonné, des montagnes russes. Il faut savoir relancer sur les côtes, ça viendra avec l'expérience. La chaussée s'améliore, mais toujours pas goudronnée. Les paysages sont magnifiques. Les montagnes sont ocres, je croise des chameaux, des troupeaux d'agneaux avec leurs bergers, des paysans qui nous encouragent avec la musique berbère, des mobylettes portant des familles et des biens… J’observe à vol d'oiseau un long minaret au milieu du désert. Ça me frappe venant de nulle part… Je force sur les montées et je prends une position aéro, sur les descentes, malgré l'absence de prolongateurs sur mon vélo. Le dos prend des coups mais ce n'est pas grave, Pas question de baisser la garde. Dernière grosse côte au 55ème km. C'est là que j'accélère. Après tout j'ai le temps de récupérer sur la descente. J'entends  une voix familière qui vient à ma côté : c'est Nadia, ma camarade de travail. Très forte en vélo, mais  elle a perdu 6 min,  en égarant  son sac de transition m'explique-t-elle. Je décide d'aller à son rythme et d'échanger des mots apaisants, et des blagues  sur un bout de chemin. Après 10km, elle  disparaît de mes radars, trop rapide pour moi. Elle finit 4eme féminine en vélo. Au 70è km, le parcours devient roulant, un faux plat descendant, je me réjouis et  je décide de lâcher les chevaux. Je flirtais, les 40 km/h, trop confiant, c'était ma grosse erreur. La chaussée est très étroite et le peloton devient serré, impossible de ne pas rentrer dans  la roue des autres. Parfois même dangereux. Au 80ème km, je fais attention à mon alimentation, je dévore ce qui me reste de solide et liquide, de salé, sucré, comme me conseillait Willy, mon pote du club que je remercie. Je termine le vélo en 3h00, je suis content, il y a des chances de finir la course en moins de 6h à ce rythme..

 

TRANSITION 2:

 

J'arrive au circuit automobile, il y a du monde, des gradins, et des encouragements, l'ambiance est festive, Il est  midi, 32 ° sous un  soleil de plomb, la chaleur est sèche et pique le nez et les narines.

Je perds du temps à retrouver mon sac, je me mélange les pinceaux également pour placer mon  vélo, j'oublie de prendre ma fiole de miel, et ma gourde d'eau…

 

COURSE À PIED:

 

 Il y a très peu d'ombre et nous courons sur le bitume. Le semi se fait en 2 tours, nous longeons les murs de la ville, c'est très excitant ! De bonnes sensations au départ . La ferveur de la course me donne des ailes, je regarde mon allure: 4:45 au premier km. Je décide de me calmer, 5:00 au second, puis  5:10 au 5ème km, c'est l'explosion en plein vol ! plus rien dans les jambes ! Je n'arrive plus à avancer ! Je me rappelle de toute les transitions que j'ai faites aux entraînements. Les séances de fractionnée, de force, les sorties longues, la course de Paris Versailles à 3 semaines du half. Je me motive, je cherche les ondes positives mais la fatigue musculaire me ravage et prend le dessus, le dos complètement bloqué…Quel gâchis !! Je m'hydrate, je m'asperge par un tuyaux d'eau mis à disposition par un volontaire. Les minutes deviennent longues, l'allure devient ridicule, je continue d'avancer à petits pas… J'arrive au 20ème km, j'entends  la musique, je me redresse et j'accélère pour donner une bonne image de moi au tapis rouge. Ça y est c’est fini !!! 6h24min de pur bonheur, et de souffrances. Un goût amer pour la partie course à pied mêlé à un sentiment de fierté pour mon premier half. Au bout d'un an et demi : Everything is Possible: Vive le sport !!!!

IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM
IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM
IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM
IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM
IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM
IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM
IRONMAN 70.3 DE MARRAKECH PAR ISSAM